Lectures du moment

 

9782913366374

 

Un philosophe n’est pas un intellectuel.C’est une personne qui ressent de l’amour pour la sagesse.

Le sage est comblé par l’amour de soi et de la vie.Il se réjouit pleinement d’aimer sa vie dans une relation réelle avec les autres et avec le monde.

C’est uniquement pour combler son désir de bonheur que le philosophe désire progresser vers la sagesse..

Philosopher, c’est le désirer connaitre ce qui est digne d’être aimé pour éloigner les déceptions et augmenter les satisfactions.

Philosopher, c’est éprouver la joie d’utiliser la meilleure partie de son être pour chercher ce qu’il y a de meilleur dans la vie.

L’amour de la sagesse est,dans son sens le plus pur, la joie éprouvée à l’idée de la sagesse. C’est d’abord la joie ressentie à l’idée que je serai bientôt plus sage et donc plus capable d’être heureux.

C’est enfin la joie ressentie par le fait de pratiquer la philosophie, la joie de me sentir devenir plus libre et plus sage dans le moment même où j’emploie mon intelligence à comprendre ce que je ne comprenais pas, à me libérer des passions et des conflits qui m’attristaient.

Un philosophe triste est une contradiction dans les termes: s’il est triste, c’est qu’il ne pratique pas la philosophie, ou qu’il n’a pas compris ce qu’était la sagesse ni, donc, la vraie philosophie. C’est qu’il n’est pas animé par l’amour raisonnable du bien. Ce n’est donc pas un authentique philosophe, mais un intellectuel sans foi, ni joie, comme le sont trop souvent les intellectuels, coupés de leur affectivité et privés de la sève de la vie.

L’amour de la sagesse, engage la totalité de la personne et qu’il prend sa source dans le corps et le cœur autant que dans l’âme.

Aimer, c’est être dans le sens de la vie, mais seule la philosophie accomplit le sens de l’amour par sa quête de liberté et de connaissance.

La philosophie est une recherche et non une possession. Une activité et non une doctrine. Une réflexion et non un savoir.

« Faire de la philosophie c’est être en route ». La vérité n’est pas plus à moi qu’à toi. Elle est devant nous » Karl Jaspers

L’essentiel n’est pas le concept. le concept n’est qu’un outil. L’essentiel, c’est l’homme réel.

Le but de Socrate n’est pas le savoir, il est de révéler un homme à lui même, dans la vérité de son essence.

« Qu’est-ce que l’homme ? » Kant

Un vrai philosophe ne polémique pas, il n’oppose pas son opinion à celle des autres. Faire progresser l’autre dans son opinion sans le dominer. Une opinion est une idée qu’on prend pour vérité alors qu’elle n’est qu’une connaissance partielle de la réalité, une idée incertaine.

La sagesse est l’idée essentielle de la philosophie. Celle qui lui donne tout son sens.

La sagesse n’est pas l’application d’une morale, un exemple de règles, un code de devoirs. C’est une qualité d’être, une puissance intérieure, une force d’âme dont le trait dominant est la sérénité.

Le sage n’est pas apathique et indifférent, mais tranquille et confiant.

La sagesse n’entraine pas l’autarcie, la fermeture aux autres. Au contraire. Elle est une puissance d’aimer qui se manifeste par une ouverture au monde, une disponibilité aux autres et une bonté exceptionnelle. C’est un savoir essentielle. Elle n’est pas quantitative mais qualitative. ce qui entraine le bien-vivre.

Ce qui nous fait le plus défaut n’est pas la connaissance de ce que nous ignorons, , mais l’aptitude à penser ce que nous savons  » Edgar Morin

Le but du philosophe est de devenir meilleur. Philosopher, c’est apprendre à  vivre. La source principale du malheur est l’ignorance.

La philosophie est davantage une quête de sens que de vérité. Elle consiste à chercher en toute circonstance les moyens d’accomplir la meilleure action possible et de s’assurer le vrai bonheur.

La prudence est nécessaire pour réussir dans sa vie, c’est une grande vertu, mais seule la sagesse nous dit ce qu’est, la vérité, réussir sa vie.

Penser le réel tel qu’il est, sans illusion, telle est la première tâche du philosophe. Mais une fois admis le principe de réalité, une fois assumé le caractère nécessairement tragique et « idiot » de l’existence, il reste à connaître le réel dans sa richesse, à comprendre le monde pour ce qu’il est, pour s’approcher de la sagesse et du bonheur.

« Le philosophe est celui qui possède la totalité du savoir dans la mesure du possible » Aristote

« Nous ne désirons pas une chose parce que nous la jugeons bonne, mais nous la jugeons bonne parce que nous la désirons » Philosophe Baruch

« Je dois combattre la douleur d’autrui parce qu’elle est douleur, comme la mienne. Je dois œuvrer au bien des autres parce qu’ils sont comme moi, des êtres vivants »

« Comme il se prépare à verser un jour le sang humain, celui qui égorge de sang-froid un agneau et qui prête une oreille insensible à ses bêlements plaintifs. » Ovide, poète latin

Je me régale !

Claudia

Publicités