Cette vie qui bat

Si cette vie que bat le vent de mille maux
Est plus fragile encore qu’une bulle sur l’eau,
Il est miraculeux, après avoir dormi,
Inspirant, expirant, de s’éveiller dispos !

NAGARJUNA (1st century)
Nagarjuna, Lettre à un ami (shes pa’i pring yig), verset 55. Traduction de l’auteur.

Matthieu Ricard

Claudia

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.