Communication non violente

 

Attaquer, fuir ou encaisser : 3 recettes pour échouer en communication

Attaquer

Première méthode : laisser son caractère sanguin et impulsif prendre le dessus et passer à l’attaque. Le ton monte, la colère l’accompagne souvent et chacun s’enferme alors dans son opinion, sans écouter l’autre. Il y a généralement escalade à la violence verbale et les mots dépassent les pensées (propos blessants, insultes, mensonges). L’issue n’est alors jamais gagnant-gagnant pour les deux protagonistes.

Fuir

Face à cette violence, la 2ème méthode très répandue consiste alors à fuir l’opposition. « Oulà, fais comme tu veux ! ». L’un des deux protagoniste tourne alors les talons et refuse l’interaction. Il s’en va avec un goût amer en bouche faute d’avoir pu affronter le différend. Différend qui finira d’ailleurs par revenir sous une forme ou une autre puisqu’il n’a pas été traité.

Encaisser

Cousine de la fuite, la 3ème methode propose de faire face au conflit et de se concentrer uniquement sur la construction d’une issue favorable à la discussion et d’encaisser les coups. À la manière d’une éponge, nous gardons alors le surplus d’émotions difficiles (colère, peine,…) « à l’intérieur » en espérant voir le tout disparaître avec le temps…

Le temps fait donc son office, mais plutôt que d’estomper le ressentiment, il le sublime. Insomnies, pensées corrosives, stress : nous finissons par exploser en renvoyant tout notre mal-être sur notre interlocuteur, ou toute autre victime innocente qui se trouve être présente au mauvais endroit, mauvais moment.

Résultat

Ces trois recettes ont trois points communs :

  • elles génèrent de la violence, soit envers soi, soit envers l’autre,
  • elles ne permettent pas de se comprendre
  • elles ne laissent que très peu de chance de trouver une solution satisfaisante au problème rencontré !

Face à ces échecs, la Communication Non Violente propose une alternative…

Les besoins dissimulés derrière les sentiments

Une fois que nous avons mesuré l’ampleur de notre sentiment, une question se pose : « Qu’est-ce qui provoque chez moi une telle réaction ? ». Évitons alors ici le piège qui consiste à renvoyer à nouveau à l’autre la responsabilité de notre sentiment ! Concentrons-nous plutôt sur la raison personnelle intime qui provoque ces sentiments. En Communication Non Violente, ce sont des besoins profonds insatisfaits que nous recherchons.

Par exemple si lorsqu’un de nos proches ne participe pas aux tâches ménagères (fait), nous ressentons de l’agacement (sentiment), notre besoin peut alors être d’avoir plus d’équité dans la réalisation de ces taches quotidiennes, d’être aidé, ou même de nous reposer. Par contre, le “besoin que l’autre passe l’aspirateur” n’en est pas un. Nous confondons fréquemment besoin et solution. C’est un des points qui nous amène d’ailleurs souvent au conflit : nous voulons généralement imposer immédiatement la solution idéale que nous imaginons… qui n’est pas forcément celle de notre interlocuteur !

Je vous invite à continuer cet article sur le blog, Bloculus de Maxence Walbrou. Il est Coach et Facilitateur Graphique.

J’ai découvert la CNV au cours de mes formations. Ceci demande de pratiquer au quotidien pour obtenir des résultats. Sincèrement, c’est génial quand on communique ainsi. Je reconnais que suivant ma fatigue quelques fois, j’ai juste envie de crier ma révolte face aux injustices de plus en plus nombreuses mises en place par ceux qui gouvernent !

C’est humain 🙂

Claudia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.