le livre et notre cerveau

S’il est difficile de vivre sans, la lecture et l’écriture sont loin d’être des activités innées, du point de vue de notre cerveau. Au contraire, écrire et lire change le cerveau et la façon dont il fonctionne, d’une manière plus profonde encore que ce que pensaient les scientifiques, d’après les résultats d’une étude récente. Et peu importe l’âge : les zones corticale et sous-corticale du cerveau sont bouleversées par la lecture, et celle-ci améliore la communication entre elles…

Dans le cadre de cette recherche, les scientifiques ont réuni un groupe de volontaires indiens, tous illettrés. Une partie de ce groupe a suivi des cours d’apprentissage à la lecture, l’autre non, pour une durée de six mois, au cours de laquelle les différents participants passaient régulièrement des scanners cérébraux, afin de surveiller l’évolution de leur encéphale.

L’apprentissage est assez simple : pour commencer, les participants ont appris à lire et écrire 46 lettres devanagaris, une écriture sanskrit, ce qui leur a permis de savoir écrire et lire environ 200 mots au bout d’un mois. À la fin de l’apprentissage, les différents volontaires savaient écrire des phrases simples, des mots complexes et maîtrisaient des règles de grammaire, notamment « les différences entre noms, pronoms, verbes, proverbes et adjectifs, ainsi que les règles basiques de conjugaison et d’accords » détaille Falk Huettig.

 

L’examen de l’imagerie médicale de chacun des volontaires, ceux ayant appris à lire et écrire et les autres participants, a permis aux scientifiques de réaliser quelques observations. Sans surprise, le cortex est mobilisé, mais aussi le thalamus, au cœur du cerveau, et le tronc cérébral, qui prolonge le thalamus et relie le cerveau à la moelle épinière.

Les interventions de ces différentes parties du cerveau permettent à ce dernier d’analyser et de comprendre les informations visuelles : « Il semble même que ces systèmes cérébraux se perfectionnent au fur et à mesure que les élèves deviennent de meilleurs lecteurs », conclut Falk Huettig. Non seulement lire plus permet de lire mieux, mais lire plus améliore aussi la communication des différentes parties du cerveau.

 

D’après Huettig, le cerveau peut encore se modifier, et s’améliorer, passé l’âge de 30 ans, ce qui était le cas de certains volontaires. Ce qui laisse espérer des améliorations conséquentes pour les personnes atteintes de handicaps en dys, comme la dyslexie. Source et suite de cet article AL actualitté

Depuis ma plus tendre enfance la lecture et l’écriture font partie de mon univers. J’aime les mots et j’aime les livres sous toutes ses formes.Malheureusement pour moi, la dysorthographie aussi fait partie de moi 😦 

Claudia

Publicités

6 réflexions sur “le livre et notre cerveau

    • Définition: La dysorthographie est un dysfonctionnement de l’écriture dû à un trouble d’apprentissage persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe, également appelé trouble de l’acquisition de l’expression écrite (altération de l’écriture spontanée ou de l’écriture sous dictée). La dysorthographie apparaît chez un enfant qui ne présente pas par ailleurs de déficit intellectuel, sensoriel ou de trouble majeur de la personnalité et qui est normalement scolarisé (la dysorthographie est souvent liée à la dyslexie.) La dysorthographie ne doit pas être confondue avec la dyslexie qui comme les racines grecques du mot l’indiquent est un dysfonctionnement de la lecture1. Le trouble dysorthographique fait souvent suite à une dyslexie mais l’association n’est pas systématique. Wikipédia

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.