Marie Curie – portrait d’une femme irradiante

Je vous recommande la biographie écrite par Janine Trotereau

«Nous ne pouvons pas construire un monde meilleur sans améliorer les individus. Dans ce but, chacun de nous doit travailler à son propre perfectionnement, tout en acceptant dans la vie générale de l’Humanité sa part de responsabilités.»

La légende n’a voulu retenir de Marie Curie (1867-1934) que l’image d’une travailleuse acharnée et brillante, pionnière dans le domaine de la radioactivité, et prix Nobel à deux reprises. Mais ne fut-elle pas aussi une mère attentive, une épouse dévouée, une amante passionnée, une femme perdue en un temps qui lui refusa la reconnaissance qu’elle méritait ? Dans cette France de la Belle Époque où Mirbeau affirme que le rôle unique de la femme consiste à «perpétuer la race», Marya Salomea Sklodowska, la Polonaise, fut traitée d’«étrangère», d’«intellectuelle athée», de «femme émancipée». Quand elle meurt en juillet 1934, «usée par un travail écrasant, seule et sans défense», comme l’écrit sa fille Ève, son enterrement ne donne lieu à aucune cérémonie ni discours officiel.

Qui était Maria Sklodowska avant de devenir Marie Curie ? Quel a été son parcours ? Comment son chemin jusqu’à Paris et ses rencontres l’ont amenée au Nobel de physique puis de Chimie ? Comment s’est traduite son implication pour une éducation alternative dans le milieu universitaire ?

Marie CURIE est donc née Maria Sklodowska il y a 150 ans, à Varsovie. Double prix Nobel, de physique puis de chimie pour ses travaux sur le radium, Marie Curie s’inscrit en pleine révolution scientifique et positiviste du début du 20ème siècle. La carrière de Marie Curie est également portée par la volonté de transmission… première femme professeure à la Sorbonne, ce qui fera écrire à un journaliste de l’époque : « En vérité je vous le dis, le temps est proche où les femmes deviendront des êtres humains ».

Grâce à Pierre Curie, Marie utilise l’électromètre et la balance piezoélectrique pour parvenir à mesurer de manière quantitative la radioactivité. En testant divers minerais dont le pechblende, ils vont identifier deux éléments alors inconnus et beaucoup plus radioactifs que l’uranium : le Pololium et le Radium.

Je vous invite à écouter la suite sur France culture.

Quelle femme !

Claudia

2 réflexions sur “Marie Curie – portrait d’une femme irradiante

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.