Quand dieu ricane, Jack London

Ce recueil de douze nouvelles  (1911), est tout simplement un bijou de la littérature.Je suis vraiment enchantée qu’enfin l’œuvre de Jacques London soit revue et traduite complétée dans son intégralité par Frédéric Klein et non censurée, raccourcie pour  répondre aux critères  « pour la jeunesse »de l’époque.

Le couple qui croit échapper à la fois au désir et à la satiété, le Chinois qui professe une confiance aveugle dans la loi, le vieux boxeur trop sûr de sa technique ont tous oublié que la grande vertu des dieux qui tout gouvernent est l’ironie – et accessoirement la méchanceté.

Jack London est issu des milieux populaires de San Francisco Tour à tour vagabond, chercheur dʹor et chasseur de phoques, Jack London aura fait tous les métiers et vécu toutes les aventures avant de devenir un écrivain à succès avec « Croc blanc » et « LʹAppel de la forêt ». Deux succès qui créèrent beaucoup de malentendus, oblitérant la fibre sociale et engagée dʹune grande partie de son œuvre.

Pour célébrer cet immense écrivain, souvent considéré (à tort !) comme un écrivain de jeunesse alors que son œuvre est éminemment politique. Source: leslibrairies.fr

Je recommande à 200 % !

Claudia

Publicités

2 réflexions sur “Quand dieu ricane, Jack London

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s