Pourquoi il est temps de ralentir pour l’humanité.

Matthieu Ricard : L’ensemble de mon travail photographique est là pour montrer la beauté et les merveilles de la nature, et cela implique évidemment toute la tristesse que cela représenterait si tout cela était détruit. Nous avons besoin d’inspirer les gens. Mais nous avons aussi besoin d’être honnête sur ce qui va se passer à l’avenir si nous n’y mettons pas toute notre énergie, notre ingéniosité, notre créativité et notre détermination, et si nous ne prenons pas les bonnes décisions pour résoudre cette crise.

Matthieu Ricard : Lorsqu’il y a une peur véritable à cause d’un danger réel, l’ignorer est stupide. Ce qui est inutile c’est la peur irraisonnée ou la peur générée par l’angoisse – parfois l’alarme de la peur se déclenche de façon injustifiée. Parfois ce que nous appelons de la peur, c’est tout simplement le bon sens commun. Si vous vous apercevez que vous êtes en train de marcher vers un ravin, par exemple, vous ne cédez pas tout à coup à la peur et à l’émotion. Vous décidez simplement de vous arrêter avant de tomber.

Matthieu Ricard : Ce n’est pas contradictoire de parler d’une urgence de ralentir. Bon ce n’est pas comme s’il fallait se mettre à paniquer pour ralentir d’un seul coup. C’est juste qu’il est temps de s’y mettre. Si vous prenez toutes ces expressions comme « ralentir », « simplicité », « faire plus avec moins » – en fait les gens réagissent à tout cela en se disant « houlà, je ne vais plus pouvoir manger de glace à la fraise ». Ils se sentent mal. Mais en fait ce qu’ils ne comprennent pas c’est que la simplicité volontaire mène à un style de vie tout à fait joyeux. Il y a eu de nombreuses études qui le démontrent. Jim Casa a fait des enquêtes auprès de gens qui avaient une mentalité matérialiste très portée sur la consommation. Il a examiné le cas de plus de 10.000 personnes de plus de vingt ans et il les a comparées avec des gens qui accordaient plus de valeur aux choses moins matérielles comme la qualité des relations ou le lien à la nature, et il a trouvé qu’ils étaient plus heureux que ceux qui consommaient beaucoup. Ces derniers recherchent des plaisirs superficiels mais ne trouvent pas de satisfaction dans leurs relations. Leur santé n’est pas aussi bonne. Ils ont moins de bons amis, ils sont moins concernés par les enjeux mondiaux comme l’environnement. Ils font preuve de moins d’empathie et sont obsédés par leurs dettes.

Pour lire l’intégrale des 2 articles d’où provient les paroles sages de Matthieu Ricard:

Partie 1 et partie 2

Claudia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.