Lecture de trois amis en quête de sagesse

trois-amis-en-quete-de-sagesse

Je termine la lecture de trois amis en quête de sagesse et j’en ressors globalement sereine. Je comprends mieux la signification de l’expression  la liberté intérieure. Comme l’écrit Alexandre Jollien « Ne jamais nous installer dans nos blessures, sans pour autant les nier ». Laisser évaporer les émotions avant qu’elles nuisent à notre équilibre mental et qu’elles s’expriment de façon chronique dans notre corps. Sur le dernier point, je suis consciente d’être au début du chemin…

En pratiquant, j’ai pris conscience de la nécessite de vivre ici et maintenant. Je dois maintenant l’acter dans mon quotidien. Grâce aux mots de Christophe André, j’angoisse moins sur le fait qu’il est normal de rechuter (surtout quand la réalité est de couleur grise). Quelle que soit notre vie, la méditation de pleine conscience aide à profiter de la beauté de la vie. La méditation de pleine conscience permet d’accueillir nos émotions sans jugement.

Quand l’envie de ruminer me vient je recentre mon esprit par cette pensée n’oublie jamais que ton regard sur le monde ne correspond pas à la réalité du monde. Et je pense à la phrase d’Alexandre Jollien». Voir qu’en ce monde tout est précaire et fragile m’aide à avancer vers une liberté plus profonde « .

Depuis quelques années, je fais en sorte que mes échanges avec les personnes que j’accompagne lors de formations, mes amis, mes proches soient dans le présent. Mon esprit ne vagabonde pas ailleurs, je suis vraiment dans l’écoute. Je me suis retrouvée dans la phrase de Christophe André « Quand je suis avec quelqu’un, j’essaie de lui donner mon attention ». Comme lui, j’ai découvert tout ce que m’apportent les promenades en pleine nature. Ceci me permet de me connecter entièrement avec la vie animale et végétale et dans ces moments là, je fais volontairement attraction de la vie humaine. Je suis en empathie avec ces autres vies trop souvent maltraitées par l’homme qui les enferme (béton, cage, etc.) Par son attitude de peur, il  ne perçoit même plus ce qui vit près de lui. Je pense à la très belle phrase de Matthieu Ricard « Si l’on veut éviter la souffrance, il faut cesser d’en créer les causes ».

Parmi les 3 auteurs, je m’accorde plus facilement aux paroles et actes humanitaires de Matthieu Richard. Les deux autres compères, j’aime leurs propos quand ils restent sur terre ! Christophe André et surtout Alexandre Jolline ont un esprit très spirituel. Je reconnais que dans  certains passages, ils m’ont perdue. Ma réflexion politique ne peut suivre leur raisonnement quand je pense aux gouvernances libérales. Je m’interroge sur leur rôle. Que font-ils pour que cessent les actes odieux de par le monde sur toute vie ? Moi qui ne suis qu’une goûte d’eau, j’essaye  d’être cohérente dans mes valeurs et mes actes. Ceci m’a d’ailleurs causé bien des tourments dans ma vie professionnelle, mais je ne regrette rien. Toute modestie gardée, un peu comme les lanceurs d’alerte,  je préfère de pas FAIRE, plutôt que de renier mes idéaux.

Je reviens vers le livre…

Il renforce l’idée que pour changer le monde, l’homme doit changer ses pensées, ses paroles et ses comportements. Les neurosciences montrent clairement que la méditation régulière provoque des changements dans le fonctionnement de notre cerveau.

Bien des phrases font résonance à ma démarche en quête de sagesse pour être dans la bienveillance des personnes que je côtoie dans la vie.

Pour continuer, voici quelques phrases des 3 amis que je remercie pour leur échange. Il permet d’être rassurée sur la beauté de la vie. 🙂

 

« ce n’est pas la souffrance qui grandit, mais ce que nous en faisons.
Je me méfie des discours qui justifient trop vite les épreuves »

« On ne naît pas libre,
On le devient »

« A qui je me réfère pour apprendre à vivre ?
Quelles sont les vertus, les qualités dont j’aimerai m’inspirer pour cheminer ? »

« Se lever le matin, traverser les épreuves sans perdre la joie »

« un moine m’a dit: Être véritablement éveillé, c’est ne plus faire passer les autres après soi, ne plus s’accorder un privilège sur tous les êtres animés »

(…) Repérer pour la déraciner, cette habitude à se mettre au centre, toujours et surtout, ne jamais instrumentaliser l’autre, mais l’aimer vraiment »

« La confiance véritable naît de l’affranchissement des pièges et du carcan de l’égo »

« Ce n’est pas grave si la colère, la peur ou la tristesse me rendent visite.
Pourvu que jamais, elles ne s’installent dans mon cœur »

« Plus que d’amasser des compétences ou des connaissances, dégageons tout ce qui nous pèse: habitudes, réflexes, peurs, avidités …

Cultiver les émotions positives jusqu’à ce qu’elles ne fassent plus qu’un avec nous »
« Surtout restons attentif à la goûte d’eau qui peut faire déborder le vase. Repérons les limites de chacun afin de ne pas donner dans le sur-effort »

« Quoi ne plus terrible que l’absence de tout horizon »

« Il faut une sacré liberté intérieure pour cesser de vouloir transformer l’autre à sa guise,
lui dicter ses conduites, façonner ses opinions. »

« Ne plus installer l’autre dans ce qu’il a été, ne plus le figer dans ses actes,
ni le réduire à ses erreurs, mais l’aimer pour ce qu’il est »

Alexandre Jollien

« On veut éviter la souffrance et l’on se précipite sur elle en courant »

« Aider les êtres à donner un sens à leur existence. Quand on rencontre des êtres avec qui on sent une certaine communauté de pensée et avec qui on tisse des liens d’amitié, (…) on se dit qu’ensemble on peut certainement faire d’avantage que tout seul. On peut apprendre les uns des autres. »

« (…) Quand tu changes ta perception du monde, d’une certaine manière tu changes le monde. »

(…) le contemplatif dont je parle cherche à changer radicalement la façon dont
il fait l’expérience du monde (…) Il apprend à ne plus être piégé par ce qui le tourmente et l’asservit, mais à s’en libérer. Il devient moins vulnérable et donc davantage disponible pour les autres.

« (…) Quoi qu’on fasse dans la vie, on a toujours besoin de guides pour apprendre et progresser. » Le vrai maître spirituel n’a rien à gagner ni rien à perdre. Il a tout à donner et à partager(…) Il souhaite juste aider les autres à se libérer.

« Avoir une force intérieure au lieu de parler d’égo.
En se libérant du carcan, la source première de l’égo qui empoissonne l’esprit. »

« Celui qui ne pense qu’à lui ne fait rien de sensé pour être heureux »

« Cultiver les émotions positives jusqu’à ce qu’elles ne fassent plus qu’un avec nous »

« Si quelqu’un attache une grande importance à son image et ne cesse d’être préoccupé par ce qu’en pensent les autres, il sera particulièrement sensible à ce qu’ils disent de lui. Mais celui qui, sans être parfait, s’habitue à considérer ces paroles semblables à des illusions des échos ou des répliques d’acteur dans une pièce de théâtre comprendra qu’il n’a aucune raison d’en souffrir, même s’il est momentanément affecté, par habitude. « 
« Pour arriver à la liberté intérieur, il ne faut plus s’identifier à son égo. »

« Donner et recevoir de l’amour réduit l’envergure de l’égo »

« JE » devient « NOUS »
Je suis moins focalisé sur « MOI »

« Acquérir la capacité de faire face avec courage et sérénité aux circonstances douloureuses,
c’est ce doter d’un atout précieux pour moins souffrir.
Cela ne signifie pas du tout se résigner. »

Matthieu Ricard

« (…) de petits actes altruistes vont leur permette par exemple, de moins penser à leur souffrance »

« C’est le regard des autres qui conditionne la qualité du regard qu’on croit porter sur nous même et qui reflète en réalité la manière dont on se voit dans les yeux des autres. »

« L’égo est un mal nécessaire, comme un véhicule de location. Nous avons besoin de lui pour traverser la vie, tout comme nous avons besoin d’un moyen de locomotion pour nous déplacer d’un point à un autre. »

« On peut juste s’assurer qu’il (égo) ne soit pas trop polluant pour les autres, pas trop coûteux pour nous. »

 » Une bonne et sainte estime de soi est indispensable pour s’épanouir dans l’existence »

« Fais de ton mieux et ne te fais jamais de mal »

« Nous sommes dans un apprentissage, donc nous devons accepter les « rechutes » (…)
Mais on finit toujours par y arriver si on continue à marcher »

« Dans la véritable écoute, on ne doit pas préparer sa réponse, mais seulement écouter, en lâchant prise »

« Tu as 2 oreilles et 1 bouche, ce qui veut dire que tu dois écouter deux fois plus que tu ne dois parler »
« La parole nous transforme parce qu’elle nous force à préciser nos idées, mais l’écoute est encore plus puissante, car elle nous ouvre à d’autres univers que le nôtre »

« Je me pose plus souvent la question du « comment » que celle du « pourquoi? »
« Comment aider les gens à sortir de leur souffrance ?
La réponse au pourquoi n’est malheureusement pas toujours suivie d’amélioration de symptômes »
« Le comment nous pousse vers l’action »

« Présentons nous comme des personnes qui font des efforts pour progresser,
et non comme des modèles qui ont atteint leur but »

Christophe André

« Oubliez l’estime de soi et concentrez-vous sur la maitrise de soi et de l’autodiscipline »

Roy Baumeister

« les émotions négatives n’ont pas besoin d’être cultivées pour se développer »

Dalaï-Lama

« L’éthique, ce n’est pas seulement ce qu’il est bien de FAIRE, mais ce qu’il est bon d’être »

Charles Taylor

Claudia

 

Publicités

2 réflexions sur “Lecture de trois amis en quête de sagesse

    • Je comprends fort bien et je te remercie. Je t’embrasse très tendrement. Courage, ma béa. Seul le temps est notre ami dans ces moments.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s