Le rire

laughter-995213_1920

A la fois exercice musculaire et respiratoire, le rire stimule le système endocrinien, notre  laboratoire pharmaceutique personnel, qui se met à distiller de l’hormone avec le zèle d’un bouilleur de cru en pleine saison des mirabelles.

Mieux que la salle de sport

Lorsqu’on rit, la majorité des muscles est sollicitée. Les contractions du diaphragme, par exemple, entraînent une véritable séance de gym des organes thoraciques et abdominaux, tout en les massant au passage. Un Moving Club doublé d’un hammam, quoi.

Mieux que la cocaïne et Lexomil

Le rire déclenche la production simultanée d’adrénaline et d’endorphines, ce qui lui donne un effet stimulant et calmant à la fois, ainsi que de la dopamine, le neurotransmetteur messager de la sensation de bien-être et de plaisir. Un vrai mélange excitant/tranquillisant, pas cher et sans danger (mais sans doute à accoutumance). Mieux que le web 2.0
Le rire est contagieux et on rit 12 fois plus en présence d’autres personnes que seul(e). Il joue un rôle social communautaire et interactif important en renforçant les liens et en développant le sentiment d’appartenance et de reconnaissance: rire ensemble et de la même chose, c’est faire partie d’un même groupe.

Pour faire court, le rire aurait les bénéfices suivants:

  • Soulager la douleur (les endorphines ont un effet analgésique)
  • Améliorer le système immunitaire (le taux d’anticorps serait plus élevé après une bonne crise de rire)

Suite de l’article sur le blog Ithaque Coaching

« Rire est le propre de l’homme » déclare Rabelais au début de « Gargantua »

De l’homme sans doute, mais aussi des grands singes. Marina Davila Ross, primatologue à l’université de Portsmouth (Royaume-Unis), a réalisé plus de 800 enregistrements de jeunes orangs-outangs, gorilles, chimpanzés et bonobos auxquels des chatouilles sur le cou, sous le bras ou sur la plante des pieds étaient pratiqués. Ces enregistrements ont été comparés à ceux des bébés humains chatouillés de la même façon. La conclusion est sans équivoque: les grands singes rient, même si leur rire n’est pas identique au notre. « Les ourangs-outangs ont des éclats de rire brefs et sonores, tandis que les gorilles, chimpanzés et bonobos ont des séquences de rire plus longues » précise le docteur Ross. « L’air d’abattement chez les orangs-outangs et les chimpanzés jeunes lorsqu’ils sont malades est aussi flagrant et presque aussi émouvant que chez nos propres enfants » écrit Darwin

Claudia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.